Sermon du : 11.03.2016 prononcé par Sa Sainteté le Calife, Hadrat Mirza Masroor Ahmad

Satan : l’ennemi déclaré de l’Homme

Après le Ta'awudh, le Tashahoud et la Sourate Al-Fatiha, Sa Sainteté le Calife a cité le verset 22 du chapitre 24 du Saint Coran :

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آَمَنُوا لَا تَتَّبِعُوا خُطُوَاتِ الشَّيْطَانِ وَمَنْ يَتَّبِعْ خُطُوَاتِ الشَّيْطَانِ فَإِنَّهُ يَأْمُرُ بِالْفَحْشَاءِ وَالْمُنْكَرِ وَلَوْلَا فَضْلُ اللَّهِ عَلَيْكُمْ وَرَحْمَتُهُ مَا زَكَا مِنْكُمْ مِنْ أَحَدٍ أَبَدًا وَلَكِنَّ اللَّهَ يُزَكِّي مَنْ يَشَاءُ وَاللَّهُ سَمِيعٌ عَلِيمٌ

« Ô vous qui croyez ! Ne suivez pas les pas de Satan, et quiconque suit les pas de Satan doit savoir que celui-ci enjoint assurément l’immoralité et le mal manifeste. Et si ce n’était la grâce d’Allāh sur vous et Sa miséricorde, pas un seul de vous ne serait jamais pur ; mais Allāh purifie qui Il veut. Et Allāh entend tout et sait tout. » (Saint Coran, chapitre 24, verset 22)

Satan est l’ennemi déclaré de l’homme depuis la nuit des temps et il le sera pour l’éternité. Cela ne signifie point qu’il a le pouvoir d’exister éternellement : Allah lui a tout simplement accordé la liberté depuis la création de l’homme et Il savait que Ses serviteurs seraient à l’abri de ses assauts.

Cette hostilité de Satan ne s’exprime pas au grand jour : il ne se bat pas ouvertement. Usant de ruses et de subterfuges, il tente d’éloigner l’homme de la vertu et de le rapprocher du mal en attisant sa convoitise [des biens de ce monde] et son égo.

Étant donné que la nature de l’homme est telle qu’il peut se pencher vers le bien ou le mal, Satan avait annoncé à Dieu : « J’inciterai l’homme à me suivre, car il sera plus enclin à commettre des péchés. Si Tu me le permets, je m’attaquerai à lui sur chaque voie et je l’égarerai partout où je le trouverai. Tes véritables serviteurs et ceux qui Te sont fidèles seront à l’abri de mes assauts. Mes ruses n’auront point d’effet sur eux. Hormis ces derniers, la majorité des hommes m’obéiront. »

Allah lui a accordé sa permission, tout en déclarant qu’Il placera en enfer ceux qui suivront Satan. Il a aussi envoyé des prophètes pour indiquer à l’homme la voie de la vertu, la manière de se réformer, et les moyens pour qu’il embellisse sa vie ici-bas et dans l’Au-delà.

Allah explique aussi à l’homme que Satan est son ennemi déclaré. En se drapant du manteau de la sympathie, Satan ne souhaitera point le bonheur ou les avantages de l’homme : il l’invitera vers le mal et sa ruine. Quand viendra le jour de la rétribution, Satan annoncera, calmement et effrontément, à l’homme : « Je t’ai invité vers le mal, l’avidité, le péché. [Je t’ai conseillé] à enfreindre les lois de Dieu. Tu es doué de discernement. Pourquoi n’y as-tu pas eu recours ? Pourquoi as-tu préféré mon invitation au mal à celle au bien et à la vertu lancée par Dieu ? Goûte à présent au châtiment que tu mérites. Je n’ai point de relation avec toi. Mon but était d’être ton ennemi et j’ai réussi. Entre à présent dans le feu de l’enfer. » Voilà l’inimitié que nourrit Satan à l’égard de l’homme.

Allah nous avertit, dans nombre de versets du Coran, des ruses et subterfuges de Satan. Dans le verset cité plus haut, Il explique que Satan est toujours aux trousses de l’homme : « Sans relâche, je m’attaquerai à l’homme à sa droite, à sa gauche, devant et derrière lui, voire je me placerai aussi sur la Sirat-e-Mustaquim (la voie droite) afin de l’égarer. »

Untel croira qu’il suit la Sirat-e-Mustaquim et qu’il est à l’abri des assauts sataniques. Or, c’est là une méprise de sa part. Ceux qui ont été récipiendaires de la colère divine et se sont égarés marchaient, eux aussi, sur la voie droite. Ils avaient accepté Moïse dans un premier temps et Jésus par la suite : cependant, ils se sont égarés, se sont vautrés dans le polythéisme et ont rejeté le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.). Allah affirme que Satan n’abandonne pas l’homme : même quand il croit en Dieu il tente de l’égarer. Beaucoup tombent dans son piège et se fourvoient : même ceux qui se disent musulmans deviennent des apostats et des pécheurs.

Satan est un grand danger : ne serait-ce la grâce spéciale d’Allah l’on ne pourra s’en préserver. À la fin du verset, Allah assure les croyants qu’Il est As-Sami, c’est-à-dire qu’Il entend tout : il faudra frapper à sa porte, L’implorer avec constance. Allah est aussi Al-Alim, l’Omniscient  : lorsqu’Il constatera que Son serviteur L’implore en toute sincérité, Il lui accordera une foi à l’épreuve des assauts de Satan. Il pourra rehausser, au plus haut niveau, ses actes de vertus et aura la force d’éviter les péchés.

Satan avait annoncé à Dieu : « Hormis Tes serviteurs choisis, tout le monde me suivra. » Celui qui est doué d’intelligence doit méditer à ce propos. Un véritable croyant doit aussi réfléchir sur la manière d’être un serviteur spécial de Dieu. Dans ce verset, Dieu nous a présenté la formule à suivre : éviter l’indécence sous toutes ses formes, tout mal, tout œuvre qui déplait à Allah. Celui qui agira de la sorte sera purifié par la grâce de Dieu : Satan ne s’approche pas de ceux qui sont purs. Que l’on se souvienne aussi que Satan ne lance point ses assauts subitement : il le fait graduellement. Il implante en l’homme un mal insignifiant, lui faisant croire que ce n’est point un grand péché. Ces mêmes transgressions minimes engendrent, par la suite, des péchés majeurs. Le brigandage et le meurtre ne sont pas les seuls péchés majeurs. Toute transgression qui détruit la paix de la société est un grand péché. [En commettant pareille violation] le jugement de l’homme s’étiole, il ne saisit plus ce qu’il fait. Allah affirme que si l’on désire se purifier et mériter Son plaisir, il faudra, avec constance, éviter les péchés et suivre les pas de Satan, chercher la protection divine et tenter de se purifier. À tout instant il faudra implorer Dieu, Lui quémander Son aide. Au cas contraire, l’homme ne pourra se protéger de ses assauts.

Je citerai des écrits du Messie Promis (a.s.) à ce sujet. D’aucuns se demandent pourquoi Dieu a-t-il créer Satan. Pourquoi ne l’a-t-Il pas châtié et détruit dès le premier jour suite à son effronterie afin de préserver le monde de tous ces troubles.

Répondant à ces interrogations, le Messie Promis (a.s.) explique : « Tous acceptent que deux forces d’attraction agissent en l’homme. La première, celle du bien, l’attire vers la vertu ; la deuxième, celle du mal, l’attire vers le vice. En certaines situations des pensées incitant l’homme au péché naissent en son cœur : il est enclin à commettre des transgressions et on eut dirait que l’attire vers le mal.

Parfois des pensées l’incitant à accomplir de bonnes œuvres naissent en son cœur : il est une force en lui l’attirant vers le bien. Souvent, après avoir été coupable d’un péché, l’homme est disposé à accomplir une bonne œuvre, il ressent en lui un profond remords. « J’ai commis une mauvaise action » se dit-il. Des fois, il insulte et tabasse autrui pour ensuite ressentir du remords et se dire qu’il a commis un acte déplacé. Ce faisant, il fait montre de sympathie à l’égard de sa victime ou lui demande pardon.

Ces deux forces sont présentes en l’homme. C’est ainsi que Dieu a créé la nature de l’homme. Selon la loi de l’Islam, la force du bien est appelée le « touché du Maître » et la force du mal « le touché de Satan ». Les philosophes admettent l’existence de ces deux forces en l’homme…

Or, Allah – Celui qui dévoile les secrets les plus cachés – nous informe des faits les plus subtils et des plus enfouis. Il a créé ces deux forces : celle qui inspire l’accomplissement de bonnes œuvres est appelée « les Anges » et « l’Esprit Saint ». Celle qui inspire des péchés est appelée « Satan » et « Iblis ».

Les sages et les philosophes du passé admettent que la question de l’inspiration n’est point farfelue ou saugrenue. Ils acceptent cette réalité : la force à commettre le mal peut prendre naissance dans le cœur des hommes à l’instar de celle qui l’incite à accomplir de bonnes œuvres. »

Le Messie Promis (a.s.) explique ce sujet davantage : « Ces deux facultés existent en l’homme : on les nomme l’Esprit Saint ou Satan. En tout cas, on ne peut nier leur existence. Leur vocation est de faire mériter [à l’homme] les récompenses pour ses bonnes œuvres. Si la nature de l’homme était ainsi faite qu’il était contraint, coûte que coûte, à accomplir de bonnes œuvres, s’il ressentait un dégoût naturel pour les mauvaises actions, il n’aurait pas mérité la moindre récompense pour ses bonnes actions, étant donné que leur accomplissement ferait partie intégrante de sa disposition. Si, par contre, sa nature est attirée par deux forces et qu’il obéit à celle qui l’incite au bien, il sera récompensé pour ses bonnes œuvres. »

« Certes, le cœur de l’homme est récipiendaire de deux types d’inspiration : celle du bien et celle du mal. Or, ils n’existent pas au moment de sa naissance, car ils sont contradictoires. L’homme ne détient aucun contrôle sur ces deux forces : cela prouve qu’elles viennent de l’extérieur. »

Ainsi, l’enfant qui, peu à peu, avance dans le domaine de la vertu ou du mal, subit une influence extérieure.

Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « La perfection de l’homme dépend de ces deux forces. Il est fort intéressant de constater que ces deux types d’existence, à savoir les Anges et Satan, sont aussi évoqués dans les Écritures saintes hindoues. Les adorateurs du feu [ou Parsis] attestent aussi de leur existence. Voire, toutes les écritures divines révélées au monde, en font de même. Émettre des objections à cet effet n’est qu’ignorance et préjugé. Ajoutons aussi que celui qui ne cesse de commettre des péchés et le mal se transforme, en fin de compte, en Satan. D’ailleurs, Allah affirme dans un endroit : « L’homme devient aussi Satan. »

On se demande pourquoi pareilles gens ne sont-ils pas châtiés lorsqu’ils se transforment en Satan ? Le Coran nous offre la réponse : le jour du châtiment de Satan a été fixé. Il suffit d’attendre le moment promis. Nombre de Satans ont été punis par Dieu et d’autres le seront. »

Le Messie Promis (a.s.) nous explique : « Satan invite vers le mensonge, l’injustice, la concupiscence, le meurtre, l’ostentation, l’orgueil, l’arrogance, vers tout ce qui est contraire aux bonnes mœurs. Il le fait avec une grande affection.

A contrario, il y a les excellences morales : elles nous invitent vers la patience, le renoncement de soi, l’immolation en la personne de Dieu, les bonnes mœurs, la foi, le salut, autant d’invitations issues de Dieu. L’homme est sujet aux deux forces d’attraction : celle de Dieu et celle de Satan. Or, celui qui est doué d’une nature pieuse et de l’essence de la bonne fortune, court dans la direction d’Allah, en dépit des milliers d’invitations de Satan et de ses passions. »

Étant donné qu’il se prosterne devant Allah, Celui-ci lui accorde la possibilité de se tourner vers Lui au lieu de se tourner vers Satan. Il trouve sa joie, sa félicité et sa béatitude en Dieu.

Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « Tout objet comporte des signes. Tant qu’ils ne sont pas visibles, l’objet en question ne sera pas digne de confiance. [À titre d’exemple] l’on peut reconnaître les vertus thérapeutiques des médicaments. Si le violet, le Khiyaar-Subz, le Turdud (des plantes médicinales indiennes) ne possédaient pas des propriétés curatives, découvertes après de longues expériences, le médecin les aura mis à la poubelle depuis fort longtemps.

La foi possède aussi des signes : Allah en fait mention à maintes reprises dans Son livre. Quand elle pénètre le cœur de l’homme, la grandeur de Dieu, Sa gloire, Sa Sainteté, Sa puissance et, qui plus est, le sens réel de la formule La Ilaha Illaha y pénètrent aussi, tant et si bien qu’Allah lui accorde la sérénité. La mort frappe sa vie satanique, l’aptitude à commettre des péchés disparaît. Telle est la bonne fortune de la nature humaine : la nature pécheresse meurt en celui qui possède la foi véritable. Une nouvelle vie commence pour lui, une vie spirituelle, que l’on peut qualifier de premier jour de sa vie céleste. L’homme appartient à Dieu quand la mort frappe sa vie satanique et que l’enfant de la vie spirituelle prend naissance. »

Évoquant la relation entre l’arrogance et Satan, le Messie Promis (a.s.) déclare : « Adam commit le tout premier péché, comme le relate l’histoire de la religion. Satan aussi en fut coupable. Or, Adam n’était point orgueilleux : il avoua son péché et il a été pardonné. Ceci permet d’espérer que l’homme sera pardonné pour ses péchés grâce au repentir. »

S’il n’est point arrogant et admet ses fautes, s’il se repent et quémande la clémence divine, l’homme sera pardonné.

« Or Satan, dit le Messie Promis (a.s.), fut coupable d’orgueil : fut maudit. L’arrogant est capable d’annoncer qu’il possède une aptitude qui, en réalité, est inexistante en lui. »

Étant donné que l’homme n’est pas capable de tout posséder, pourquoi doit-il être arrogant ?

Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « Les prophètes possèdent de nombreux talents : parmi, il y a le fait qu’ils arrivent à tuer leur ego. Toute grandeur appartient à Dieu. Ceux qui ne sont point arrogants ne connaissent pas à la ruine. Fuyez donc l’arrogance. »

Voilà la vertu que doit adopter le croyant : sinon il suivra les pas Satan. Parfois, l’homme croit, [à tort], qu’il n’est point arrogant. C’est pour cette raison qu’il faudra s’analyser avec minutieusement à ce sujet.

Le Messie Promis (a.s.) nous explique aussi les subterfuges auxquels Satan à recours pour prendre l’homme dans son filet.

Il déclare : « L’homme ne doit commettre aucun péché. S’il n’en commet aucun, Satan souhaite s’agripper à ses yeux, ses oreilles ou son nez. »

Ainsi, même si l’on n’est coupable d’aucun péché, Satan désire résider dans les yeux de l’homme, ses oreilles, ou son nez.

Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « Si Satan n’a pas d’emprise même en ces lieux, il tente de se faire une place dans le cœur. »

D’aucuns ne commettent pas des péchés évidents, ni des péchés mineurs ou majeurs. Les circonstances ou la peur ne leur permettent pas de le faire. »

Apparemment, ils ne sont coupables d’aucuns péchés. Or, si l’on n’entretient pas de relation avec Dieu, Satan tente, par un moyen ou un autre, de planter en l’homme la graine du péché et de faire sa place en son cœur.

Le Messie Promis (a.s.) dit : « Satan pousse sa lutte jusqu’à l’extrême. Or, son autorité n’a aucun pouvoir sur le cœur qui nourrit la crainte de Dieu […] En fin de compte, Satan désespère entièrement de sa personne et se sépare de lui. Ayant subi l’échec, il prend ses affaires et s’en va. »

La chose essentielle est de faire naître en soi la crainte de Dieu. Quand on craindra Dieu, l’on pourra éviter nombre de maux. Un voleur a peur de l’enfant qui le voit commettre son larcin. Tant que nous ne sommes pas conscients que Dieu regarde chacune de nos œuvres, nous ne pourrons nous protéger des péchés.

Parfois Satan pousse l’homme à le suivre en l’incitant à accomplir de bonnes œuvres. Dans une réunion [en compagnie du Messie Promis (a.s.)] on discutait une fois sur la différence entre les révélations et les idées issues de l’imaginaire. On disait que les révélations pouvaient être la cause de nombreuses difficultés.

Le Messie Promis (a.s.) a déclaré : « Certaines personnes n’arrivent pas à distinguer les fruits de leur imagination, les inspirations de Satan et la révélation divine. Les paroles divines sont glorieuses, emplies de douceur. Elles frappent le cœur et sortent d’entre les doigts de Dieu : il n’y a pas de parole du même poids. Elles tombent comme de l’acier, tout comme il est dit dans le Coran :

إِنَّا سَنُلْقِي عَلَيْكَ قَوْلًا ثَقِيلًا

« Certainement nous allons te révéler une parole lourde. » (Saint Coran, chapitre 73, verset 6). Or, l’inspiration de Satan et les fruits de l’imagination n’ont point ce poids : elles sont similaires. Deux forces accompagnent à jamais l’homme : les Anges et Satan. Il a deux cordes attachées aux pieds. L’ange l’incite à accomplir de bonnes œuvres et le soutien en ce sens, tout comme le déclare le Saint Coran :

أَيَّدَهُمْ بِرُوحٍ مِنْهُ

C’est-à-dire, qu’Il leur a révélé sa parole pour ensuite leur accorder Son soutien. (Saint Coran, chapitre 58, verset 23)

Satan, quant à lui, l’encourage à commettre le mal. Le Coran affirme qu’il chuchote [dans les cœurs des hommes]. L’on ne peut nier [l’existence] de ces deux forces. L’obscurité et la lumière vont de pair. L’ignorance d’un fait ne prouve pas que le fait en question n’existe pas. En sus de ce monde, il existe des milliers de merveilles.

Dans la prière Qoul A‘ouzo Bi-rab-binas, on trouve mention des doutes que Satan sème parmi les hommes à notre époque… »

Cela concerne en particulier notre époque moderne, une période au cours de laquelle l’homme est en train d’oublier Dieu. C’est Satan qui introduit ces doutes et autres tentations dans le cœur de l’homme.

Le Messie Promis (a.s.) déclare : « Le plus grand doute concerne la Raboubiyya (c’est-à-dire, le fait que Dieu soit le Pourvoyeur véritable de l’homme). A titre d’exemple, constatant qu’une personne aisée possède de grandes richesses, l’on peut s’imaginer qu’Il est Son pourvoyeur. »

Satan sème ces doutes : comment les éviter ? D’aucuns pensent que des personnes riches ou d’autres, en sus d’Allah, pourvoient à leurs besoins.

Le Messie Promis (a.s.) affirme à ce sujet : « [Allah nous] recommande de chercher la protection du Rab (Pourvoyeur) véritable des hommes. Les hommes considèrent les rois et les dirigeants de ce monde comme étant les autorités suprêmes. Allah déclare, à cet effet, qu’Il est le Malik-in-Nas, Le maître suprême.

Suite aux doutes que sèment les hommes l’on croit, à tort, que la création est l’égale à Dieu et l’on commence à la craindre. [Afin de contrer cette erreur] il est dit Ilahin Nas : c’est-à-dire qu’Allah est le Dieu des hommes. Voilà les trois formules, présentées dans la Sourate An-Nas, à être utilisées pour répudier ces trois doutes.

Celui qui sème ces doutes est Khannas, c’est-à-dire Satan. Dans la Torah on lui donne le nom Nahash en langue hébreu. C’est lui qui a approché Eve. Il lance ses assauts furtivement. L’on en déduit que l’antéchrist n’usera point de la contrainte. Il lancera ses attaques secrètement afin que personne n’en soit au courant. »

L’éclat et la splendeur de ce monde, les nouvelles technologies, ou le fait que l’on s’éloigne de Dieu ou de la religion, au nom de l’éducation [sont autant d’assauts de la part de Satan]. Des Etats et des grandes organisations affirment, au nom des droits de l’homme, que la religion impose des restrictions. Les droits de l’homme, exigent que l’on soit entièrement libre. Voilà les doutes que l’on est en train d’insuffler dans les cœurs des hommes. C’est Satan le coupable. Des Etats, des organisations de défense des droits de l’homme ou de la femme participent dans ces campagnes. Là où ils tentent de nous écarter de la religion tout ahmadi, tout croyant doit comprendre qu’il est en train de subir une attaque de Satan et des forces de l’antéchrist.

Ensuite le Messie Promis (a.s.) déclare : « Il est tout à fait erroné d’annoncer que Satan en personne partit voir Eve. Il s’approcha d’elle furtivement tout comme il le fait à présent. Aucun individu ne se présenta en personne à Eve. Les doutes furent semés de la même manière. »

Satan insuffle ses idées en une personne qui devient son représentant. Satan l’avait fait dans le cœur d’un ennemi de la religion. Le paradis dans lequel résidait Adam était aussi sur terre : il n’était pas quelque part au ciel. Une personne perfide et méchante avait semé ces doutes dans son cœur.

Dans le tout premier chapitre du Coran, Allah enjoint [aux musulmans] d’éviter d’être de ceux qui se sont attiré la colère divine ou des égarés. En d’autres termes il interdit aux musulmans d’adopter les habitudes des juifs et des chrétiens. C’est là une prophétie que certains musulmans agiront de la sorte. À savoir, un temps viendra quand ils adopteront les habitudes des juifs et des chrétiens, car une injonction est toujours émise concernant un ordre qui sera enfreint par certains. »

Dans un autre endroit soulignant qu’il faut, en chaque circonstance, préférer la foi à ce monde, le Messie Promis (as) déclare : « Il existe deux catégories d’individus : il y a ceux qui, ayant accepté l’Islam, se vouent corps et âme aux commerces et aux affaires de ce monde. Les rênes de leurs vies se trouvent entre les mains de Satan. Je ne vous interdis point le commerce : les compagnons du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) en faisaient, mais ils préféraient aussi la foi au monde. Ayant embrassé l’Islam, ils en ont acquis le savoir véritable qui a empli leurs cœurs de certitude. C’est ainsi qu’ils n’ont point chancelé face à Satan dans quelque domaine que ce soit. Rien ne les a empêché de révéler la vérité. Ceux qui se font serviteurs et esclaves du monde, au point d’en être les adorateurs, se retrouvent sous l’emprise de Satan.

La deuxième catégorie concerne ceux qui ne se soucient que du progrès de la foi : ils sont qualifiés de Hizbullah (la partie de Dieu) et ils triomphent de Satan et de son armée.

Comme l’argent s’accroît avec le commerce : de même, Dieu a qualifié la quête de la foi et le progrès dans ce domaine de commerce. »

C’est-à-dire la quête de la foi et son progrès sont aussi un commerce. Les biens de ce monde resteront ici-bas. Or, la richesse [spirituelle] nous profitera dans l’Au-delà.

Le Messie Promis (a.s.) déclare : « C’est pourquoi Dieu affirme dans le Saint Coran :

هَلْ أَدُلُّكُمْ عَلَى تِجَارَةٍ تُنجِيكُم مِّنْ عَذَابٍ أَلِيمٍ

« Vous indiquerai-Je un marché qui vous sauvera d’un châtiment douloureux ? »

Le meilleur commerce est celui de la foi : il nous sauve du châtiment douloureux. C’est pour cette raison que je vous exhorte dans les mêmes termes :

هَلْ أَدُلُّكُمْ عَلَى تِجَارَةٍ تُنجِيكُم مِّنْ عَذَابٍ أَلِيمٍ

Tentons de faire ce commerce, de suivre ces voies vers lesquelles l’Imam de l’époque, l’Envoyé de Dieu, le Messie Promis (as) nous appelle, afin que nous évitions de marcher sur les pas de Satan et que nous soyons sauvés du châtiment douloureux en nous attirant le plaisir de Dieu.

En nous conseillant de nous protéger des péchés secrets le Messie Promis (as) déclare :

« On est accablé de malheur par ses fautes. » Il serait erroné d’affirmer que cette calamité est de Dieu. C’est l’homme qui est coupable et non Dieu. Certaines personnes semblent très pieuses : l’on s’étonne des malheurs qui les frappent ou de l’accomplissement de bonnes œuvres qui leur échappe. En vérité ils ont commis des péchés secrets qui les mènent à cette condition. Étant donné que Dieu est Très pardonnant, Très miséricordieux, Il couvre leurs péchés secrets, qui sont pires que ceux commis ouvertement.

Le péché est semblable à une maladie : tout le monde voit celles qui sont apparentes. D’autres sont moins évidentes, voire celui qui en souffre ignore qu’il est en grand danger. Le médecin n’arrive pas à diagnostiquer la tuberculose chez un patient lors des stades préliminaires de sa maladie, tant et si bien que celle-ci s’aggrave. »

Parfois la maladie est diagnostiquée lorsqu’elle atteint la phase finale. C’est aussi le cas de ceux atteint de cancer : le malade semble être en très bonne santé, mais lors découvre soudainement qu’il est atteint d’un cancer en phase terminale, qu’il n’y a pas de guérison possible. Il en décède après un mois.

Le Messie Promis (a.s.) explique que l’on n’est pas à même, en certains cas, de détecter une maladie. De même, les péchés cachés de l’homme le poussent, peu à peu, à son anéantissement. Qu’Allah, dans Sa grâce, fasse preuve de Sa miséricorde [à notre endroit].

Le Saint Coran annonce :

قَدْ أَفْلَحَ مَن تَزَكَّى

En vérité, prospère vraiment celui qui se purifie. Or, la purification de l’âme est aussi une mort. Tant que l’on ne bannit pas toutes les mœurs odieuses comment se purifier l’âme ? Chacun a en lui la propension à commettre le mal : ceci est son Satan. Tant qu’il ne le tue pas, il ne pourra se purifier l’âme. »

Nous avons besoin constamment de la protection divine. Nous devons aussi, constamment, accomplir notre analyse de conscience.

Le Messie Promis (as) nous explique comment s’y prendre pour tuer Satan. « Les prophètes, dit-il, sont la manifestation de la divinité et de la piété. Un vrai musulman et un croyant sincère deviennent le reflet des prophètes. Les compagnons du Saint Prophète (s.a.w.) avaient bien compris ce secret. Ils ont voué, au Saint Prophète Muhammad (s.a.w.), une obéissance si indéfectible, ils s’étaient perdus en sa personne au point d’effacer entièrement leur propre existence. Ceux qui les regardaient, les voyaient dans un état de fascination. »

Ils étaient absorbés par la personne de Dieu afin d’atteindre Sa proximité et afin de suivre l’exemple du Saint Prophète (s.a.w.).

Le Messie Promis (a.s.) déclare : « Sachez que l’autorité satanique pourrait vous faire trébucher tant que vous n’engendrez pas en vous la fascination des compagnons du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) et leur obéissance, tant qu’Allah n’habite pas en votre personne et que Ses reflets ne se manifestent pas en vous. »

Qu’Allah fasse que nous puissions effecteur des efforts sincères afin de Lui appartenir à Dieu. Que nous soyons protégés de toute indécence et de l’arrogance, que nous purifions nos âmes afin d’être les récipiendaires des faveurs divines. Que notre regard soit à jamais tourné vers Lui, qu’Il gouverne à jamais nos cœurs, que nous évitions de marcher sur le chemin de Satan. Qu’Allah nous offre la possibilité d’agir en ce sens.

Voir & écouter

Télécharger audio
[/vc_column][/vc_row]
Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text.

Start typing and press Enter to search