Dans un entretien à la presse suédoise | 11.05.2016

Le Calife : « Chacun a le droit de propager ses enseignements mais uniquement par des moyens pacifiques »

Interview Calife Journal Skansa Dagbladet Suède 2016 (1)

 

« Bien évidemment, tout le monde a le droit de propager sa foi, mais uniquement par des moyens pacifiques. L’utilisation de l’épée et de la force ne peut être justifiée à notre époque et est complètement à l’encontre des enseignements de l’Islam. Le Saint Coran dit clairement qu’il ne devrait y avoir aucune contrainte en matière de religion » Le Calife a fait ces remarques en évoquant le concept du djihad dans un entretien avec le journal Skansa Dagbladet en Suède 11 mai 2016 à la mosquée Mahmood à Malmö.

Poursuivant sur la montée du terrorisme et de la radicalisation de la jeunesse, Hadhrat Mirza Masroor Ahmad a réitéré ses propos : « Je mets en garde les gouvernements depuis longtemps de prendre des mesures fermes pour éradiquer le terrorisme et l’extrémisme. La Communauté musulmane Ahmadiyya considère que toutes les formes d’extrémisme sont entièrement à l’encontre des enseignements de l’Islam. La vérité est que l’Islam est une religion d’amour et de paix. »

A la question de savoir s’il pouvait se rendre au Pakistan, le Calife a déclaré qu’il ne serait pas possible pour lui d’assumer ses fonctions du Pakistan car les ahmadis y sont déclarés non-musulmans et ne sont pas autorisés à pratiquer leur foi en toute liberté : « Si je vais au Pakistan, que vais-je faire? Chaque semaine, les musulmans ahmadis du monde écoutent mon sermon du vendredi, mais au Pakistan, je ne serai pas autorisé à le prononcer. Au Pakistan, je ne serai pas autorisé par la loi à me définir comme un musulman ou à diriger la prière ou à prêcher notre message de l’Islam. »

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search

X